Les cultivateurs de café peuvent aider les producteurs de café à maximiser leurs profits, selon une recherche, les nouvelles quotidiennes du café par Roast Magazine

coffee_forest "width =" 1240 "height =" 827 "srcset =" https://vrteje8p14-flywheel.netdna-ssl.com/wp-content/uploads/2019/03/coffee_forest.jpg 1240w, https: // vrteje8p14- flywheel.netdna-ssl.com/wp-content/uploads/2019/03/coffee_forest-150x100.jpg 150w, https://vrteje8p14-flywheel.netdna-ssl.com/wp-content/uploads/2019/03/coffee_forest -300x200.jpg 300w, https://vrteje8p14-flywheel.netdna-ssl.com/wp-content/uploads/2019/03/coffee_forest-768x512.jpg 768w, https://vrteje8p14-flywheel.netdna-ssl.com /wp-content/uploads/2019/03/coffee_forest-620x414.jpg 620w "data-lazy-tailles =" (max-width: 1240px) 100vw, 1240px "src =" https: //vrteje8p14-flywheel.netdna-ssl .com / wp-content / uploads / 2019/03 / coffee_forest.jpg? is-waiting-load = 1 "srcset =" données: image / gif; base64, R0lGODlhAQABAAAAAAAAAP /// yH5BAAAAAAALAAAAAAAAAAAAAAAAAP7 "/>

<p class=Photo de café quotidien.

Les producteurs de café peuvent maximiser leurs profits en convertissant un tiers aux deux tiers de leurs terres cultivées en cultures à l'ombre, selon une nouvelle recherche pionnière qui tente de quantifier les associations économiques avec l'abandon des pratiques de culture en plein soleil conventionnelles.

Dans un article publié en mai dans la revue «Ecological Economics», des chercheurs de l'Université Columbia et de l'Université Cornell explorent les incitations économiques potentielles pour les producteurs de café à passer des systèmes en plein soleil à des systèmes ombragés imitant le couvert forestier traditionnel. les arbres offrent une plus grande biodiversité, y compris les oiseaux nuisibles.

Le café en plein soleil est généralement associé à des rendements plus élevés, car l'ombre peut potentiellement limiter le développement des feuilles entières et des fruits. D'autre part, le café en plein soleil est également associé à des coûts d'intrants plus élevés, à une dégradation accrue des sols, à la déforestation, à un manque de biodiversité et à une foule d'autres préoccupations environnementales qui menacent l'avenir même du café.

L’un des principaux éléments de l’étude et de sa modélisation économique concerne la capacité des agriculteurs d’obtenir des primes de prix pour le café cultivé à l’ombre – ou, en d’autres termes, plus durable sur le plan environnemental -. Ainsi, il souligne la nécessité pour les négociants et les vendeurs de café d'éduquer les consommateurs sur les avantages économiques et les avantages liés à la qualité des cafés cultivés à l'ombre.

"Nos estimations peuvent guider la conception de mécanismes de marché visant à promouvoir des pratiques durables pour le café", a déclaré l'auteur de l'étude, Juan Nicolás Hernandez-Aguilera, dans un profil du communiqué de l'Institut de recherche international sur le climat et la société de l'Université Columbia. "Cela dit, la mise en œuvre efficace de ces instruments repose en grande partie sur une meilleure promotion et une meilleure connaissance des interactions entre le café d'ombre, la conservation de l'environnement et la qualité des produits chez les consommateurs de café."

Pour l’étude, les chercheurs ont utilisé une méthode d’économie des ressources, appelée optimisation dynamique, pour modéliser la décision d’un agriculteur de convertir les terres d’une production conventionnelle en plein soleil à une culture à l’ombre. Il a pris en compte les rendements attendus et les coûts de chaque système, les gains de la lutte antiparasitaire découlant de la présence accrue d'oiseaux et les prix majorés d'un café de qualité supérieure cultivé de manière durable.

Selon la modélisation (qui tenait compte de coûts réduits pour les pesticides et de «conditions de marché appropriées», entre autres hypothèses), les recherches suggéraient qu'au moins 36% des exploitations agricoles de cinq hectares devraient être affectées à la production sous ombrage afin de maximiser les revenus des agriculteurs.

Cela confirme les affirmations précédentes d'experts du secteur du café selon lesquelles la discussion sur le soleil par rapport à l'ombre ne devrait pas être polarisante, mais que l'ombre et le soleil peuvent tous deux jouer un rôle dans une exploitation de café donnée en maximisant à la fois la rentabilité et la durabilité.

Nous prévoyons de mettre à jour cette histoire si davantage de recherches deviennent publiques.

en relation

Nick Brown
Nick Brown est l'éditeur du . Les commentaires et les idées d'articles sont les bienvenus à publisher (at) dailycoffeenews.com ou à la page "À propos de nous" située au bas de ce site pour obtenir les coordonnées.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *