I Sanchez-Sellero et al, 2017. Prise de caféine et maladie de Meniere: existe-t-il des relations? Nutritional Neuroscince, publié en ligne.


I Sanchez-Sellero et al, 2017. L'apport de caféine et la maladie de Meniere: existe-t-il des relations? Nutritional Neuroscince, publié en ligne.

Imprimer cette page

RÉSUMÉ

OBJECTIFS: Bien qu'il soit communément reconnu que les restrictions alimentaires peuvent améliorer la Clinique de la maladie de Menière, leur efficacité n'a pas été clairement démontrée. L'objectif de cette étude était d'examiner si la consommation de caféine pourrait être impliquée dans la maladie de Menière.

MÉTHODES: Étude transversale, observationnelle, étude cas-témoins, comparaison de la consommation de caféine (consommation de café, thé, boissons de type kola, boissons énergisantes et boissons ou aliments contenant du chocolat) entre patients Avec la maladie de Menière (groupe A) et les patients atteints de vertige avec d'autres origines (groupe B) et / ou sujets témoins (groupe C).

PATIENTS: 180 sujets (72 dans le groupe A, 72 dans le groupe B et 36 dans le groupe C). L'apport en caféine a été classé dans quatre niveaux: très faible (0-25 mg / jour), faible (26-100 mg / jour), modéré (101-300 mg / jour) et élevé (≥ 301 mg / jour). Une consommation très faible et faible a été considérée comme une consommation légère, et un apport modéré et élevé, une forte consommation.

RÉSULTATS: L'apport quotidien moyen de caféine était de 175,8 mg. Les patients atteints de maladie de Menière ont montré une consommation quotidienne de caféine (222 mg) supérieure à celles qui ne sont pas affectées par cette maladie (145 mg). À l'exclusion des patients atteints de migraine du groupe B, les différences dans l'apport en caféine sont significatives parmi les trois groupes (P = 0,021). Il y avait beaucoup plus de consommateurs lourds dans le groupe A que dans les deux autres groupes articulés (P = 0,024; OR = 1,301, IC95% (1,015; 1,668)). Dans le groupe A, l'âge au début des symptômes chez les consommateurs de caféine (49,7 ans) était inférieur à celui des non-consommateurs (55,9 ans).

DISCUSSION: Il devrait être recommandé de réduire l'apport de caféine dans les groupes de population présentant un risque plus élevé de maladie de Menière (par exemple, les sujets avec des membres de la famille souffrant de cette maladie).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *