Des prix équitables sont désespérément nécessaires pour mettre fin à la pauvreté des agriculteurs caféiculteurs quotidiens par Roast Magazine

Longtemps défendu par les gouvernements, les entreprises privées et les organisations à but non lucratif en tant que moteur du développement, le café est devenu l’un des produits les plus échangés au monde. Mais alors que la demande des consommateurs et les prix ont continué à augmenter, et que les sociétés de café ont enregistré des bénéfices record, les moteurs de cette industrie de 200 milliards de dollars – beaucoup des millions de producteurs de café du monde – se couchent affamés, chaque nuit. Cela dure depuis des décennies.

Nos deux organisations, Heifer International et Lutheran World Relief, travaillent avec les producteurs de café depuis plus de 10 ans. Nous avons collaboré avec certains des plus grands noms de l'industrie. Bien que nous ayons eu un impact à petite échelle, la faim et la pauvreté se sont aggravées dans les coffelands, forçant certains agriculteurs et travailleurs à migrer. Avec les conditions se détériorant pour de nombreuses familles productrices de café, nous nous demandons si nous avons la bonne approche.

Notre recherche d'une solution qui mettrait fin à la pauvreté pour ces acteurs clés de cette industrie lucrative nous a amenés à nous poser la question suivante: continue-t-il de travailler avec des entreprises de café qui profitent des structures de marché actuelles aux dépens des agriculteurs nous rendent involontairement complices les producteurs de café plus loin dans la pauvreté?

Les prix payés aux producteurs de café continuent de baisser et sont actuellement inférieurs à leur coût de production. Pourtant, les prix à la consommation continuent d’augmenter. Ces augmentations des prix de détail ne sont pas transmises aux producteurs sous forme de prix équitables. Aujourd’hui, moins de 10% du prix final du café se retrouve dans les poches des producteurs. Nous estimons que si nous voulons mettre fin à la pauvreté des caféiculteurs, ce chiffre doit au moins doubler.

De nombreuses années de travail et des millions de dollars dépensés par les gouvernements, les entreprises et les organisations à but non lucratif n'ont pas permis de garantir un arrangement de prix juste et digne entre les agriculteurs et les torréfacteurs. Les agriculteurs restent des preneurs de prix et, dans la plupart des cas, sont incapables de tirer un revenu de leur ferme.

Les consommateurs considèrent souvent les agriculteurs comme le visage du café qu’ils achètent, mais ce sont les projets que nous concevons et exécutons avec l’aide financière des torréfacteurs et que d’autres en font assez pour remédier aux causes profondes de ce déséquilibre dans la chaîne de valeur du café, ou ne faisons-nous que nourrir les relations publiques des campagnes? Dans la recherche d'une solution à la crise que rencontrent les agriculteurs, c'est une question que nous nous posons et nous nous demandons si d'autres acteurs du secteur du café partagent nos préoccupations.

Les agriculteurs et les travailleurs font le travail difficile. Ils travaillent tout au long de l'année pour produire le café que nous aimons tous et qui constitue le fondement de cette industrie lucrative. En termes simples, ils ont besoin d’un meilleur prix pour leur travail et leur café.

Nous devons y arriver. Nous prendrons des mesures afin de sensibiliser les consommateurs, les partenaires du secteur privé et les autres parties prenantes au problème, et de leur montrer en quoi ils peuvent faire partie de la solution.

En collaborant avec tous les acteurs de la chaîne de valeur du café, nous pouvons mettre fin à la pauvreté de millions de caféiculteurs et de travailleurs du café. Une action urgente est nécessaire. Sans cela, nous ne faisons que plonger les agriculteurs plus profondément dans la pauvreté, un objectif qui ne sert personne.

Pierre Ferrari, président et chef de la direction Heifer International

Daniel Speckhard, président et chef de la direction de Lutheran World Relief

Lecture connexe

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *